Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Marchés gré à gré illégaux et consorts à l’ère du «Bénin Révélé» : le silence inquiétant de Jean-Baptiste Elias
Menu
RSS

Marchés gré à gré illégaux et consorts à l’ère du «Bénin Révélé» : le silence inquiétant de Jean-Baptiste Elias

Marchés gré à gré illégaux et consorts à l’ère du «Bénin Révélé» : le silence inquiétant de Jean-Baptiste Elias

La veille citoyenne ne doit pas être sélective. La société civile béninoise doit revoir sa copie pour éviter les polémiques autour des prises de position ou dénonciations de certains de ses acteurs.

 

Nombreux sont les Béninois qui ne font plus confiance à certains acteurs de la société civile, en raison du choix de leurs sujets.

En effet, la sortie médiatique du président du Fonac sur Libercom continue de faire des vagues. Depuis 10 mois, plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer les dérives et la mal gouvernance du régime en place, avec des preuves irréfutables : marché gré à gré illégaux (cas de l’aéroport de Cadjèhoun), conflits d’intérêt au sommet de l’Etat, décaissement de milliards au trésor public au profit des sociétés du chef de l’Etat et de celles de son entourage, bradage des hôpitaux de zone et de plusieurs sociétés d’Etat dans l’opacité totale, signature par des ministres de la République de «lettre de confort» à des entreprises privées nouvellement créées… La liste est longue. Des voix critiques continuent de monter au créneau pour dénoncer ces pratiques. La gravité de la situation a d’ailleurs conduit Transparency International, dans son dernier rapport, a baissé la note du Bénin.

Malheureusement, aucun de ces sujets n’intéresse le Fonac et son président. Entre ce qu’ils reprochent à Libercom aujourd’hui et la conduite des affaires au sommet de l’Etat, où est l’urgence ? Les Béninois s’attendaient à ce que la conférence de presse de Jean-Baptiste Elias se focalise sur ces sujets brûlants et non sur une affaire de 5 millions et de faux diplômes à Libercom. L’université qui a délivré ces diplômes a déjà déclenché une procédure judiciaire contre le ministère de l'enseignement supérieur pour lui avoir délivré une autorisation en 2007 et déclaré 2009 au Fonac.

L’impression aujourd’hui du Fonac au sein de l’opinion publique n’est pas bonne. D’aucuns estiment que sa sortie est purement et simplement pour «divertir». «Le gouvernement en profite pour détourner notre attention sur les préoccupations essentielles, les déguerpissements sauvages, la morosité économique, le chômage, le délestage, l’extrême pauvreté dans nos villes et campagnes, la chute du port, la baisse des recettes de l’Etat…», a expliqué un enseignant à la retraite sous le couvert de l’anonymat. «Le Fonac doit éviter de donner l’impression qu’il est au service du régime. C’est la deuxième fois que je fais ce constat, en 10 mois. Chaque fois que le gouvernement est en difficulté, je vois toujours un acteur de la société civile devant les médias pour sortir un dossier. Et ça permet de nous occuper. J’invite le Fonac à revoir sa méthode pour ne pas perdre totalement sa crédibilité», a-t-il souligné. «Qu’est qui empêche le Fonac d’enquêter aussi sur les dossiers de gré à gré à l’aéroport, par exemple ? Lorsque le chef de l’Etat traînait le pas pour déclarer son patrimoine, pourquoi n’était-il pas monté au créneau pour le dénoncer ? Que cache son silence sur les dossiers Maria-Gléta, machines agricoles, PPEA II et consorts ? Voilà des sujets qui intéressent le peuple et non les chiens écrasés», s’est-il demandé.

Les efforts du Fonac et de son président pour la promotion de la bonne gouvernance au Bénin ne sont plus à démontrer. Ils font beaucoup pour le Bénin. Toutefois, pour leur crédibilité, il est souhaitable qu’ils se penchent également sur les scandales déjà enregistrés sous le régime actuel.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Malgré les directives du FMI : le taux d'endettement public du Bénin monte d’un cran

Malgré les directives du FMI : le t…

Le gouvernement s'est eng...

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété et consorts confiés à OFMAS International : un gros scandale politico-financier de 164,5 milliards

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété…

Cette fois-ci, le gouvern...

Contrôle du permis de construire dans la ville de Cotonou: l’appel du maire Isidore Gnonlonfoun aux populations

Contrôle du permis de construire da…

Dans un communiqué rendu ...

Plan de Développement Communal 2ème génération : la mairie de Cotonou dans une dynamique participative

Plan de Développement Communal 2ème…

Le processus de collecte ...

Nominations de greffiers en chef et d’assistants de greffiers en chef : le Syntrajab relève des irrégularités, violations et incohérences

Nominations de greffiers en chef et…

Déclaration du BDN/Syntra...

Enregistrement des marques suivant le protocole de Madrid : l’Anapi sensibilise les inventeurs béninois

Enregistrement des marques suivant …

L’Agence nationale de la ...

Privatisation sauvage, inhumaine et opaque des entreprises publiques : la Cstb dénonce la politique de tout privé et de l’Etat minimum de Talon

Privatisation sauvage, inhumaine et…

Les participants au 5ème ...

Exécution de contrats léonins par le Gouvernement du Bénin au profit de Bénin Control SA : la lettre du PLP à la DG du Fmi Christine Lagarde

Exécution de contrats léonins par l…

Le Parti pour la Libérati...

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrogènes, Icc services, machines agricoles, Maria-Gléta, siège parlement… : Patrice Talon ferme les yeux sur ses crimes économiques

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrog…

Machines agricoles à Mari...

Création des classes sportives : une innovation saluée par tous les acteurs

Création des classes sportives : un…

Subdiviser le territoire ...

Prev Next