Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Abdoulaye Gounou : «Il y a deux catégories de députés, les ouvriers comme nous et ceux qui recherchent l’immunité parlementaire»
Menu
RSS

Abdoulaye Gounou : «Il y a deux catégories de députés, les ouvriers comme nous et ceux qui recherchent l’immunité parlementaire»

Abdoulaye Gounou : «Il y a deux catégories de députés, les ouvriers comme nous et ceux qui recherchent l’immunité parlementaire»

Je l’entends comme vous que le Chef de l’Etat contrôlerait l’Assemblée. Si tel est le cas, c’est heureux, c’est
bien. Ce sera la première fois qu’un Chef de l’Etat va réussir un tel coup dans l’histoire de notre pays. Il faut souvent faire attention, relativiser  à ces genres de propos-là. Vous avez 83 députés à l’Assemblée, ça fait 83 opinions, visions à gérer et 83 messagers du peuple. Pensez-vous que les 83 députés du coup vont regarder dans la même direction? Ça fait 83 intérêts divergents. Nous sommes de la coalition de la rupture et ceux qui n’en sont pas? Le Chef de l’Etat doit pouvoir gérer tous ses intérêts, tenir compte des intérêts des uns et des autres. Je vous dis qu’il n’y a que des intérêts politiques à l’Assemblée. Moi, j’attends de voir le jour-là ceux qui vont voter et ceux qui ne voteront pas. J’attends de voir avant de dire que c’est
bon. Je ne suis pas le Chef de l’Etat. Ce n’est pas moi qui fais les
politiques managériales. Mais ce que j’entends avec les collègues
députés à l’Assemblée et que je vois-là, je ne crois pas encore que ce soit aussi facile.

 

Dans ce contexte de reconfiguration de la classe politique où il semble avoir tous les soutiens, ne pensez-vous qu’il y a de forte chance de réussir ce pari?


Je n’ai pas dit qu’il n’a pas de chance. Mais vous connaissez le
Béninois comme moi. Est-ce que vous pouvez imaginer que le budget de l’ancien Président Boni Yayi pouvait être rejeté en décembre 2014? Ce budget a même été rejeté par les membres de sa mouvance parce qu’il y a des intérêts en jeu. Le parlement, c’est le haut lieu de la politique. Je ne crois pas que le Président Talon soit aussi naïf pour croire que c’est acquis. Pour cela, il faut des précautions à prendre et  il lui faut également ouvrir largement les oreilles, les yeux et remettre la tête sur les épaules.



Parlant de l’opportunité de cette révision. Selon vous, est-elle opportune ?

 


Elle est opportune. En l’état actuel, il y a même des aspects de la
révision qui s’imposent. Nous sommes en retard. On n’a pas encore reçu officiellement le document. Je ne connais pas le contenu. Par conséquent, je ne peux que me prononcer par rapport aux rumeurs. Pour le moment, j’apprends qu’il y a des modifications allant dans le sens du renforcement de la démocratie. Il y a d’abord des aspects techniques qu’on doit obligatoirement toucher, des réajustements au niveau de la Cour suprême, de l’appareil juridictionnel. Il faut créer la Cour des comptes, exemple de l’Uemoa.  Il faut une révision pour
accompagner tous ses aspects. Il y a aussi des aspects purement
politiques qui touchent au nombre de mandats, qui touchent à la
configuration de la Cour suprême, de la Cour constitutionnelle, au mandat même des députés. Est-ce qu’un député va accepter que son mandat soit touché de manière constitutionnelle de façon substantielle dans sa quintessence? Est-ce qu’un député va accepter qu’on touche à son immunité parlementaire? Je dis qu’il y en a qui sont à l’Assemblée qui recherchent l’immunité parlementaire et qui ne travaillent pas. Il y a deux catégories de députés, les ouvriers comme nous et ceux qui recherchent l’immunité parlementaire. A l’Assemblée nationale, rien n’est jamais acquis à l’avance. A une minute du vote, il y a toujours des basculements à l’Assemblée. Si le Chef de l’Etat amène quelque d’innovateur qui concoure à avancer le peuple, pourquoi ne pas voter.

Il y a même ceux qui veulent qu’il y ait troisième mandat et ceux-là vont voter le mandat unique. Vous croyez à cela? Le Chef doit encore réveiller son sens managérial qu’on lui connait. Pour l’instant, je n’ai aucune raison pour ne pas soutenir Patrice Talon.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Relance du PVI-NV : comment le gouvernement a fait du faux

Relance du PVI-NV : comment le gouv…

Le contrat de marché rela...

Bac session de juin 2017 : Attanasso, Dassigli et Kokou lancent les épreuves à Zê

Bac session de juin 2017 : Attanass…

C’est la commune de Zê, d...

Marche contre la faim, la terreur, la ruse, la rage, la corruption, les conflits d’intérêts, le népotisme, les privatisations… : l’appel du Front pour le Sursaut Patriotique au peuple béninois

Marche contre la faim, la terreur, …

Injures, haine, intoxicat...

HOUNGBADJI à propos des injures et complots vicieux en politique : «Ce n'est pas ma vision d'un débat démocratique sain, serein et constructif»

HOUNGBADJI à propos des injures et …

Injures, haine, intoxicat...

Communiqué du SGG : le PLP adresse ses vœux de très rapide rétablissement et manifeste sa compassion à Talon

Communiqué du SGG : le PLP adresse …

Depuis le début de la pol...

24 jours d’absence du Chef de l’Etat : ministres et collaborateurs avaient menti au peuple

24 jours d’absence du Chef de l’Eta…

Le mensonge a les pattes ...

Polémique autour de l’état de santé de Patrice Talon : Houngbadji dénonce la cacophonie au sein du gouvernement

Polémique autour de l’état de santé…

Le Président du Parti pou...

Vulgarisation du PAG dans les communes : les ministres s’ennuient, distraient le peuple  et dilapident les fonds publics

Vulgarisation du PAG dans les commu…

Cela fera bientôt 14 mois...

Exonérations à Bénin Control et à ses sous-traitants : Romuald Wadagni a-t-il fait du faux ?

Exonérations à Bénin Control et à s…

Le député Valentin Djènon...

Grave accident de la circulation à Savè : le PLP exprime sa solidarité et sa compassion aux familles des victimes

Grave accident de la circulation à …

Le Front pour le Sursaut ...

Prev Next