Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Assistance au Bénin et lettre de confort : les conditions non négociables du FMI
Menu
RSS

Assistance au Bénin et lettre de confort : les conditions non négociables du FMI

Assistance au Bénin et lettre de confort : les conditions non négociables du FMI

Le FMI s’est engagé à soutenir le Bénin dans le cadre d’un programme de facilité élargie de crédit de trois ans. Mais avec des conditions claires, non négociables. Le Bénin devra faire des efforts dans plusieurs domaines : bonne gouvernance, lutte contre la corruption, climat des affaires et lutte contre la pauvreté. Le gouvernement devra orienter les dépenses publiques vers la croissance et le partage et accepter les conditions d’amélioration du climat des affaires et d’accroissement des recettes de l’Etat (Impôts + Douanes + Trésor).

La mission du FMI au Bénin a exprimé ses inquiétudes sur le niveau des investissements publics par rapport au niveau de la dette (risque d’insolvabilité). C’est pourquoi des contrôles et revues seront au menu de ce programme pour s’assurer du respect des engagements du gouvernement.

Autant de conditions que le Bénin doit remplir avant que le Conseil d’Administration du FMI n’approuve l’assistance financière annoncée à grands renforts médiatiques.

Tant que ce programme n’est pas mis en place, le Bénin n’aura pas une lettre de confort à blanc. Il faut attendre donc la décision du Conseil d’Administration du FMI. Le Chef de l’Etat et son Gouvernement sont donc marqués à la culotte.

Il faut préciser que ce n’est pas la première fois que le Bénin est sous programme avec le FMI. Depuis 1980, sous Kérékou, le Bénin bénéficiait déjà de ces programmes de facilité.

Le Bénin est un Etat membre du FMI. Tout Etat membre peut bénéficier de l’assistance du Fonds à la demande de celui-ci. Chaque pays détermine donc à quel moment il se décide de solliciter le fonds. Le mois dernier, par exemple, une dizaine de pays africains ont bénéficié de l’appui du Fonds avec moins de bruit.

Pour la dernière mission du FMI, le Bénin était demandeur parce que sa gouvernance n’inspire plus confiance pour les partenaires bilatéraux et multilatéraux privés et même au regard du marché financier de l’UEMOA.

C’est sous le régime Talon que le Bénin est habitué à faire des émissions sous-souscrites, c’est-à-dire que le Bénin n’arrive pas à obtenir le montant qu’il demande en dépit des conditions très chères aux épargnants UEMOA. Il y a donc perte de crédibilité et perte d’image. La preuve est qu’en dehors des ressources déjà mobilisées par l’ancien régime, le gouvernement n’a plus introduit à l’Assemblée Nationale aucun accord de prêt à ratifier et préparé par le régime de la «Rupture».

 

Les causes de la perte de crédibilité

 

Les causes de la perte de crédibilité du Bénin sont bien connues : une gouvernance qui viole le consensus de Washington : libéralisation – démonopolisation. Aujourd’hui, on vit la privatisation du Bénin au profit du premier magistrat du pays. On note une forte manipulation des marchés publics polluant l’environnement des affaires, lequel éloigne les investisseurs nationaux et internationaux au profit du président et de son clan. En dix mois, plusieurs dizaines de milliards d’épargne sur le marché régional difficilement mobilisés dont on ne connaît pas l’utilisation. A cela s’ajoute un budget marqué par un déficit budgétaire colossal (12% du Produit intérieur brut) qui appelle un niveau d’endettement très élevé créant un environnement macro-économique instable et non favorable à la dette (avec la chute des recettes et les retraits de fonds du Trésor au profit des entreprises du Chef de l’Etat et de celles de son entourage, le Bénin devient insolvable et ne pourra pas assurer le service de la dette).

L’adoption d’un cadre de partenariat public privé (PPP) non sécurisé pour l’investisseur, non sécurisé pour la charge du Trésor et non sécurisé pour l’endettement dont l’amortissement est déjà problématique en raison des chutes draconiennes des recettes de l’Etat et l’orientation des réformes structurelles, institutionnelles et conjoncturelles vers des intérêts personnels expliquent également la perte de crédibilité du Bénin.

Les Béninois doivent s’attendre à vivre d’autres calvaires dans les jours à venir. Plus d’impôts, plus de taxes, encore des compressions d’agents, suppression d’emplois, possibilité pour chaque employeur de remercier ses employés, suppression des subventions pour les produits de première nécessité, dégradation du pouvoir d’achat du fait de la prochaine hausse des prix liée au niveau élevé des impôts et taxes.

Face à cette situation, le gouvernement doit revoir sa gouvernance, afin de rassurer les marchés financiers et surtout les investisseurs nationaux qu’étrangers.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Malgré les directives du FMI : le taux d'endettement public du Bénin monte d’un cran

Malgré les directives du FMI : le t…

Le gouvernement s'est eng...

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété et consorts confiés à OFMAS International : un gros scandale politico-financier de 164,5 milliards

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété…

Cette fois-ci, le gouvern...

Contrôle du permis de construire dans la ville de Cotonou: l’appel du maire Isidore Gnonlonfoun aux populations

Contrôle du permis de construire da…

Dans un communiqué rendu ...

Plan de Développement Communal 2ème génération : la mairie de Cotonou dans une dynamique participative

Plan de Développement Communal 2ème…

Le processus de collecte ...

Nominations de greffiers en chef et d’assistants de greffiers en chef : le Syntrajab relève des irrégularités, violations et incohérences

Nominations de greffiers en chef et…

Déclaration du BDN/Syntra...

Enregistrement des marques suivant le protocole de Madrid : l’Anapi sensibilise les inventeurs béninois

Enregistrement des marques suivant …

L’Agence nationale de la ...

Privatisation sauvage, inhumaine et opaque des entreprises publiques : la Cstb dénonce la politique de tout privé et de l’Etat minimum de Talon

Privatisation sauvage, inhumaine et…

Les participants au 5ème ...

Exécution de contrats léonins par le Gouvernement du Bénin au profit de Bénin Control SA : la lettre du PLP à la DG du Fmi Christine Lagarde

Exécution de contrats léonins par l…

Le Parti pour la Libérati...

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrogènes, Icc services, machines agricoles, Maria-Gléta, siège parlement… : Patrice Talon ferme les yeux sur ses crimes économiques

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrog…

Machines agricoles à Mari...

Création des classes sportives : une innovation saluée par tous les acteurs

Création des classes sportives : un…

Subdiviser le territoire ...

Prev Next