Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Révision de la constitution taillée sur mesure : un véritable poison pour la démocratie béninoise
Menu
RSS

Révision de la constitution taillée sur mesure : un véritable poison pour la démocratie béninoise

Révision de la constitution taillée sur mesure : un véritable poison pour la démocratie béninoise

Le projet de loi portant modification de la loi n°90-32 du 11 décembre 1990 relative à la Constitution de la République du Bénin a été transmis à l’Assemblée nationale, hier. Contrairement aux allégations (mensongères) du Gouvernement, le projet envoyé au Parlement est un véritable poison pour la démocratie béninoise. C’est une Constitution taillée sur mesure qui protège davantage la classe des privilégiés et méprise les plus faibles.

Le mandat unique a été inséré avec comme conséquence, la prorogation des mandats des députés et des élus communaux, municipaux et locaux : 6 ans. Le chef de l’Etat s’est aussi offert un mandat unique de 6 ans non renouvelable. Une première dans la sous région.

Désormais, c’est le Chef de l’Etat qui va ratifier les accords de prêt (vers un surendettement du Bénin).

Pour bénéficier du financement de l’Etat, les partis politiques doivent avoir au moins 17 députés au parlement et avoir d’élus nationaux dans au moins cinq différentes circonscriptions électorales. Sur la base des dernières élections législatives, seules les Fcbe remplissent ce critère. C’est dire que cette mesure n’est pas réaliste et réalisable.

Le document comporte d’autres incohérences de nature à faire régresser le Bénin en matière de démocratie.

A l’Assemblée nationale, hier, les députés Rosine Soglo et Valentin Djènontin ont osé le ton. Le député Fcbe est surpris par la demande d'examen en procédure d'urgence. Il a exigé que l'Assemblée nationale procède comme lors de l'examen du budget en recevant tous les corps constitués. «La crédibilité de l'Assemblée en dépend. Nous serons désapprouvés par notre base que nous devons aller consulter d’abord», a soutenu Valentin Djènontin.

 

 

 

La colère noire de Rosine Soglo

 

 

«Monsieur le Président

 

Moi, je ne suis pas d'accord pour la question d'étudier notre constitution en urgence. Qu'il y ait une nouvelle session extraordinaire, je suis d'accord. 

 

Mais en urgence?

 

...Qu'est ce qu'il y a d'urgent, Monsieur le Président, actuellement, qu'est ce qu'il y a d'urgent pour que toute affaire cessante, on se mette à réviser la constitution alors qu'il y a tellement, Monsieur le Président c'est pas à vous que je vais le dire, tellement d'autres problèmes... la misère du peuple, le développement... Notre Constitution, il y a un quart de siècle que nous l'avons. Je ne dis pas qu'elle est parfaite, aucune œuvre humaine n'est jamais parfaite... D'abord dans la constitution il a été dit qu'elle peut être révisée. Mais il n'a jamais été dit, nulle part dans la constitution qu'elle sera une révision d'urgence. 

 

Mais cette Constitution, elle concerne toute la nation, Monsieur le Président!

Elle concerne notre vie!

Qu'est ce qu'il y a d'urgent, qu'est-ce qui pousse le Président Patrice Talon à vouloir réviser une Constitution en URGENCE ? Mais en urgence, qu'est-ce qui a d'urgent? 

Le pays brûle? 

On est en guerre? 

Qu'est-ce qu'il y a? 

Qu'on nous laisse le temps, comme l'a dit un collègue d'aller voir nos bases. 

 

Mais le pays n'est pas content !

 

Est-ce que le Président Patrice Talon écoute le pays? 

Qu'il fasse comme un certain sultan qui sorte la nuit pour écouter le peuple. Il saura combien son peuple est insatisfait, son peuple meurt de faim et que son peuple n'a rien à faire de l'urgence d'une Constitution. Son peuple lui demande de manger, de ne plus avoir non seulement des problèmes de lèpre dans notre pays qui est revenue, que des enfants à Malanville sont malades parce qu'ils ont la poliomyélite, c'est en ce moment là qu'on nous dit qu'il faut réviser la constitution d'urgence? 

 

Monsieur le Président ah non! Là non! 

 

D'accord pour une session extraordinaire mais pas d'urgence.

 

Monsieur le Président, là je suis vieille, j'ai 83 ans mais je reprends mon bâton de pèlerin avec Hercule et on va dans le pays pour lui dire NON! NON et NON! 

 

Il n’y a pas urgence pour réviser la Constitution! Il n’y a aucune urgence»

 

Intégralité du projet de révision envoyé au Parlement

56 Commentaires

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Malgré les directives du FMI : le taux d'endettement public du Bénin monte d’un cran

Malgré les directives du FMI : le t…

Le gouvernement s'est eng...

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété et consorts confiés à OFMAS International : un gros scandale politico-financier de 164,5 milliards

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété…

Cette fois-ci, le gouvern...

Contrôle du permis de construire dans la ville de Cotonou: l’appel du maire Isidore Gnonlonfoun aux populations

Contrôle du permis de construire da…

Dans un communiqué rendu ...

Plan de Développement Communal 2ème génération : la mairie de Cotonou dans une dynamique participative

Plan de Développement Communal 2ème…

Le processus de collecte ...

Nominations de greffiers en chef et d’assistants de greffiers en chef : le Syntrajab relève des irrégularités, violations et incohérences

Nominations de greffiers en chef et…

Déclaration du BDN/Syntra...

Enregistrement des marques suivant le protocole de Madrid : l’Anapi sensibilise les inventeurs béninois

Enregistrement des marques suivant …

L’Agence nationale de la ...

Privatisation sauvage, inhumaine et opaque des entreprises publiques : la Cstb dénonce la politique de tout privé et de l’Etat minimum de Talon

Privatisation sauvage, inhumaine et…

Les participants au 5ème ...

Exécution de contrats léonins par le Gouvernement du Bénin au profit de Bénin Control SA : la lettre du PLP à la DG du Fmi Christine Lagarde

Exécution de contrats léonins par l…

Le Parti pour la Libérati...

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrogènes, Icc services, machines agricoles, Maria-Gléta, siège parlement… : Patrice Talon ferme les yeux sur ses crimes économiques

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrog…

Machines agricoles à Mari...

Création des classes sportives : une innovation saluée par tous les acteurs

Création des classes sportives : un…

Subdiviser le territoire ...

Prev Next