Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Révision de la loi fondamentale : le PLP et la CPFG exigent le retrait immédiat du projet
Menu
RSS

Révision de la loi fondamentale : le PLP et la CPFG exigent le retrait immédiat du projet

Révision de la loi fondamentale : le PLP et la CPFG exigent le retrait immédiat du projet

La Convention patriotique des forces de gauche (Cpfg) et le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) ont animé une conférence publique, hier jeudi 16 mars 2017, sur la situation socio-politique nationale. Cette énième sortie médiatique qui s’inscrit dans le cadre de la veille citoyenne a eu pour cadre le Centre de promotion de l’artisanat (Cpc) de Cotonou en présence d’une forte mobilisation de jeunes, femmes, militantes et militants des partis politiques et syndicats conviés à cette conférence.

 «La situation socio-politique nationale: La gouvernance de Talon, les libertés et la révision de la Constitution». C’est le thème de cette conférence publique. Etaient présents à cette sortie médiatique, tous les déçus de la gouvernance Talon.

Dans son exposé liminaire, le Porte-parole de la Cpfg, Jean Kokou Zounon, a d’abord expliqué que la révision de la Constitution appelle nécessairement l’examen de la politique d’ensemble menée par le gouvernement de la rupture qui en prend l’initiative. Selon le conférencier principal, cette politique d’ensemble du régime en place est caractérisée par la prédation et l’accaparement des biens publics, une politique d’affameur du peuple, liberticide, d’impunité et surtout autocratique. Pour lui, le peuple doit être au cœur du processus de révision. Il va plus loin en soulignant que l’exigence du peuple d’être acteur pour toute révision de la Constitution est une exigence populaire et démocratique depuis 15 ans. Et selon ses dires, la promesse du Président Talon de soumettre au référendum son projet de révision de la Constitution n’est pas un cadeau fait au peuple, mais sa soumission à cette exigence. «Talon a peur de la censure du peuple et veut se réfugier au parlement parce que sa politique d’ensemble en moins d’un an d’exercice du pouvoir est désapprouvée par le peuple», a indiqué Jean Kokou Zounon.

 

Prorogation des mandats, financement des partis politiques et mandat unique

 

 

Par rapport l’augmentation de la durée du mandat de la Cour Constitutionnelle, des députés et des maires, la Cpfg et le PLP ont dénoncé la violation des règles élémentaires de la démocratie et de l’éthique politique. «Seul le peuple souverain est au-dessus de la Cour Constitutionnelle. Comment peut-on modifier la durée d’un tel organe doté de tels pouvoirs sans en revenir au peuple? Comment peut-on faire modifier par les députés mandataires eux-mêmes la durée de leur mandat, sans en revenir au peuple?», s’est indigné Jean Kokou Zounon. Pour lui, le financement de l’Etat aux partis politiques doit viser à faciliter l’animation de la vie politique. Or, regrette-t-il, la proposition du régime en place et son projet de révision consisteraient à financer le regroupement des partis politiques et non l’animation de la vie politique. Il estime que le financement doit être pour une large part indépendant. Cela doit consister fondamentalement à permettre à chaque parti de diffuser ses opinions. S’agissant du mandat unique, le Porte-parole de la Cpfg estime qu’il ne résout aucun problème quant à la bonne gouvernance au sommet du pays. Et d’ajouter: «… le mandat unique inaugure et renforce plutôt le règne de monarque qui peut tout se permettre pendant son mandat. Et c’est ce que le pays vit déjà actuellement».

Pour le Président du Parti pour la Libération du Peuple (PLP), la voix parlementaire est une voix sans issue. Il estime que les préoccupations des Béninois sont ailleurs et invite le gouvernement à retirer son projet.

 

Appel à l’endroit de tous les Béninois

 

Les participants se sont opposés au pouvoir en place et à son projet de révision de la Constitution qui exclut la participation populaire. Ils exigent le retrait immédiat et sans condition dudit projet et l’arrêt de la distraction du peuple déjà affamé et meurtri. Par ailleurs, ils en appellent à la mise en place d’un large front de toutes les forces vives de la Nation pour faire échec à toute tentative de révision en catimini et ce, pour la sauvegarde des acquis démocratiques.

Léonce Houngbadji a dénoncé la mauvaise gestion du régime en place, la privation des libertés fondamentales, le non-respect des décisions de justice, la suppression des emplois, le renforcement du chômage des jeunes, le non-respect des procédures en matière de passation des marchés publics,  la fermeture des organes qui ne partagent pas les mêmes opinions que le régime actuel et le déguerpissement sauvage des populations occupant les espaces dits ‘’publics’’ sans aucune alternative ou mesure d’accompagnement.

Au regard de toutes ces dérives, Léonce Houngbadji va alors déduire que l’heure est extrêmement grave, le Bénin va très mal, tous les signaux sont au rouge.  Et puisque l’avenir appartient aux jeunes, le Président du Plp a invité tous les jeunes Béninois à une prise de conscience individuelle et collective. «Vous devez prendre vos responsabilités pour sauver le Bénin.», a-t-il souligné Par ailleurs, il invite tout le peuple béninois et les députés à la vigilance. «La révision de la Constitution n’aura pas lieu. Le jour où ils vont oser inscrire le projet de révision à l’Assemblée nationale, nous irons dormir sur l’esplanade», a-t-il conclu.

45 Commentaires

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Malgré les directives du FMI : le taux d'endettement public du Bénin monte d’un cran

Malgré les directives du FMI : le t…

Le gouvernement s'est eng...

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété et consorts confiés à OFMAS International : un gros scandale politico-financier de 164,5 milliards

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété…

Cette fois-ci, le gouvern...

Contrôle du permis de construire dans la ville de Cotonou: l’appel du maire Isidore Gnonlonfoun aux populations

Contrôle du permis de construire da…

Dans un communiqué rendu ...

Plan de Développement Communal 2ème génération : la mairie de Cotonou dans une dynamique participative

Plan de Développement Communal 2ème…

Le processus de collecte ...

Nominations de greffiers en chef et d’assistants de greffiers en chef : le Syntrajab relève des irrégularités, violations et incohérences

Nominations de greffiers en chef et…

Déclaration du BDN/Syntra...

Enregistrement des marques suivant le protocole de Madrid : l’Anapi sensibilise les inventeurs béninois

Enregistrement des marques suivant …

L’Agence nationale de la ...

Privatisation sauvage, inhumaine et opaque des entreprises publiques : la Cstb dénonce la politique de tout privé et de l’Etat minimum de Talon

Privatisation sauvage, inhumaine et…

Les participants au 5ème ...

Exécution de contrats léonins par le Gouvernement du Bénin au profit de Bénin Control SA : la lettre du PLP à la DG du Fmi Christine Lagarde

Exécution de contrats léonins par l…

Le Parti pour la Libérati...

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrogènes, Icc services, machines agricoles, Maria-Gléta, siège parlement… : Patrice Talon ferme les yeux sur ses crimes économiques

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrog…

Machines agricoles à Mari...

Création des classes sportives : une innovation saluée par tous les acteurs

Création des classes sportives : un…

Subdiviser le territoire ...

Prev Next