Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Recrutement de lobbies américains pour empêcher le Bénin d’avoir le second compact du MCA : les documents qui confirment la «ruse» et la «rage» de Talon
Menu
RSS

Recrutement de lobbies américains pour empêcher le Bénin d’avoir le second compact du MCA : les documents qui confirment la «ruse» et la «rage» de Talon

Recrutement de lobbies américains pour empêcher le Bénin d’avoir le second compact du MCA : les documents qui confirment la «ruse» et la «rage» de Talon

Si le ridicule tuait, l’homme d’affaires Patrice Talon ne participerait jamais à l’élection présidentielle 2016. De quoi s’agit-il, en réalité ?

 

Après son exile volontaire en France, et dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de déstabilisation du Bénin (lui-même parle d’«intrigues politiques»), le «roi du coton» a fait recruter des lobbies américains (l’un des cabinets les plus puissants aux Etats-Unis) pour empêcher son propre pays de bénéficier du second compact duMillénium Challenge Account (MCA). Ce programme américain (l’accord de don a été signé le 09 septembre 2015 à Washington D.C. par le vice-président américain Joe Biden et le président béninois d’alors Thomas Boni Yayi) vise à améliorer le secteur de l’énergie électrique et favoriser une croissance économique forte au Bénin, d’une valeur totale de 403 millions de dollars  (375 millions de dollars du gouvernement américain et 28 millions de dollars de l’Etat béninois).

Déterminé à se «venger» suite à la résiliation du contrat du Pvi-Ng, à salir l’image du Bénin sur la scène internationale, Patrice Talon n’avait pas lésiné sur les moyens. Il avait tout tenté.

Le Bénin avait déjà obtenu le premier compact du MCA. Les conditions pour bénéficier du second compact étaient corsées. Rares étaient les pays qui en avaient bénéficié. Le leadership personnel du Président Thomas Boni Yayi et le patriotisme de l’ensemble des cadres à divers niveaux qui avaient travaillé sur le dossier (ministres, ambassadeurs et amis du Bénin aux Etats-Unis) ont permis de relever le défi. Mais la route a été longue. Très longue. Les conditions étaient claires : bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques, création d’un environnement favorable à l’initiative privé et engagement de l’Etat à faire des investissements conséquents dans le secteur social, lutte contre la corruption et l’impunité et respect des libertés fondamentales.

En homme bien rusé, Patrice Talon et ses lobbies ont fabriqué leur bombe d’intoxication massive sur les libertés publiques. La facture était salée : environ 300 mille dollars versés en trois tranches aux lobbies pour faire une mauvaise publicité au Bénin au congrès américain, dans la presse américaine et au secrétariat d’Etat. Il fallait démontrer que le Bénin n’était pas un pays sûr en matière des droits de l’homme. Ces lobbies ont fait passer Moudjaïdou Soumanou, arrêté à Cotonou dans l’«affaire empoisonnement du chef de l’Etat»,  pour un «prisonnier politique». Pour montrer que Moudjaïdou Soumanou est un «détenu politique», les lobbies ont même fait allusion à la présence de sa fille sur le sol américain. Tous les moyens étaient utilisés pour exiger sa libération.

Le 09 janvier 2014, le congressman américain Alan Grayson informa l’ambassadeur du Bénin à Washington, Cyrille S. Oguin, «du début de la mise à exécution de sa menace précédente visant à faire étudier par la Commission des affaires étrangères dont il est membre, un projet de loi suspendant toute assistance économique américaine en faveur du Bénin, à moins de recevoir des assurances précises sur la remise en liberté, à brève échéance, de Monsieur Moudjaïdou Soumanou». A la réception de cette «nouvelle correspondance», l’ambassadeur Cyrille S. Oguin a «aussitôt contacté David Bagby, Directeur des affaires législatives, en charge du dossier au cabinet du congressman, afin de l’assurer que la justice béninoise fait son travail et que toute décision à laquelle elle parviendrait à ce sujet sera portée à leur connaissance au temps opportun».

 

Du chantage pur et simple

 

Le cabinet de lobbies a produit et déposé son rapport au congrès et au ministère de la justice. Deux anciens sénateurs américains ont été appelés à la rescousse pour noircir la destination Bénin et ses autorités. Ce sont eux qui avaient la charge d’écrire contre le Bénin dans certaine presse américaine. Et comme si cela ne suffisait pas, un parlementaire américain, appelé au renfort, a saisi le département d’Etat pour lui demander de suspendre l’aide américaine au Bénin, à commencer par le second compact du MCA.

La cabale contre le Bénin dans les milieux politiques et financiers américains ont fait l’objet de plusieurs conseils des ministres à Cotonou. Il a fallu du temps et des arguments solides au Gouvernement béninois pour démonter un à un les raisonnements farfelus de ses détracteurs.

Le 29 août 2013, le conseil des ministres a décidé de «préserver et renforcer la bonne image du Bénin aux Etats-Unis face à l’activisme effréné de certains détracteurs de notre pays (litiges commerciaux, contentieux judiciaires, fausses accusations, cybercriminalité, etc.)» C’est ce travail qui a fait échec au plan machiavélique des ennemis de la République. L’ancien chef de l’Etat, Thomas Boni Yayi, ses ministres et ambassadeurs en ont fait un défi républicain. Patrice Talon et ses lobbies ont mordu la poussière. Le second compact a été attribué au Bénin à la grande joie des Béninois patriotes.

Au moment où Patrice Talon complotait contre le Bénin sur ce dossier pourtant profitable aux populations (et c’est là on voit son mépris vis-à-vis du peuple), il ne savait certainement pas qu’il allait le diriger un jour. Le comble, après avoir torpillé l’attribution du second compact du MCA, il est très heureux aujourd’hui de l’inscrire dans son fameux programme d’actions du gouvernement comme si de rien n’était.

Certes, l’administration est une continuité, mais que cela soit clair, Patrice Talon n’a rien fait pour l’avènement du second compact du MCA au Bénin. Bien au contraire, il avait tout fait pour empêcher notre pays d’en bénéficier. L’inscrire dans le PAG et l’exhiber comme un trophée de guerre alors que sur le champ de bataille, il était l’ennemi numéro 1 en face qui combattait son propre pays, n’est pas digne d’un «compétiteur-né». 

19 Commentaires

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Mise en œuvre des opérations portuaires : comment Olivier Boko et Bénin Control se substituent à la douane béninoise

Mise en œuvre des opérations portua…

Le Commandant Charles Sac...

Géant sit-in au Ministère de la santé, ce jour : pour dire ‘’NON’’ à la privatisation du secteur sanitaire

Géant sit-in au Ministère de la san…

Les professionnels de la ...

Opération coup de poing de la compagnie de gendarmerie d’Allada : 73 individus arrêtés, 5 ghettos détruits et 19 motos saisies

Opération coup de poing de la compa…

73 individus appréhendés ...

Baisse du budget de l’Etat gestion 2018 : Mathias Hounkpè exige des explications de la part du gouvernement

Baisse du budget de l’Etat gestion …

L’émission sociopolitique...

Publication tapageuse de l’audit contestable du FNM : les clarifications convaincantes qui clouent le bec au gouvernement

Publication tapageuse de l’audit co…

Le 02 août 2017, le Minis...

Pèlerinage de Dassa-Zoumè : l’appel de Sacca Lafia aux conducteurs et pèlerins

Pèlerinage de Dassa-Zoumè : l’appel…

Le Ministre de l’Intérieu...

Vérification de la gestion de l’ancien régime : les règles élémentaires en matière d’audits bafouées

Vérification de la gestion de l’anc…

L’audit est perçu comme u...

Gré à gré tous azimuts et accaparement du patrimoine national : le Fmi et la Banque mondiale doivent prendre leurs responsabilités

Gré à gré tous azimuts et accaparem…

Depuis le 6 avril 2016, l...

Simple formation d’agents dans un service de l’Etat : un milliard décaissé au trésor public début août

Simple formation d’agents dans un s…

Ce qui se passe au trésor...

Concours frauduleux à la Cnss : A quand des sanctions appropriées contre les fautifs ?

Concours frauduleux à la Cnss : A q…

A quand la sanction à l'e...

Prev Next