Menu
RSS

Transfert de la gestion du BESC au BIM (Port de Cotonou) : le gouvernement bafoue les recommandations de la CNUCED

Transfert de la gestion du BESC au BIM (Port de Cotonou) : le gouvernement bafoue les recommandations de la CNUCED

Le transfert de la gestion du Bordereau Electronique de Suivi des Cargaisons du Conseil National des Chargeur du Bénin au Bureau International Maritime n’est pas du goût des acteurs portuaires. Dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, un chargeur a dénoncé la «violation des recommandations de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et leDéveloppement (CNUCED)».

 

 Réaction d’un chargeur béninois suite au transfert de la gestion du BESC au BIM

 

 

Béninoises,

Béninois,

Chargeurs, transporteurs, transitaires, consignataires, manutentionnaires et tous les usagers du port de Cotonou,

Mes chers compatriotes,

 

 

L’heure est très grave. A compter du mercredi 1er novembre 2017, le Bordereau Electronique de Suivi des Cargaisons (BESC) sera géré par le Bureau International Maritime (BIM), mandataire du Port Autonome de Cotonou. Ainsi en a décidé la Directrice Générale du Port autonome de Cotonou, Amélie Huguette Amoussou Kpéto. Elle l’a fait savoir aux amateurs, chargeurs, transporteurs, transitaires, consignataires, manutentionnaires et tous les usagers du port de Cotonou dans une note circulaire en date du 21 juillet 2017. Il s’agit de la note circulaire N°1721/17/PAC/DG/DGA/SG/DSI/DEP/DCM/DFC/SPRMP portant démarrage de la gestion du Bordereau Electronique du Suivi des Cargaisons (BESC) par le Port Autonome de Cotonou.

Le Bordereau Electronique de Suivi des Cargaisons couvre les besoins statistiques, d'identification, de contrôle des coûts de transport, de sûreté et de traçabilité du commerce et du trafic des marchandises à destination des pays de l’Afrique de l’Ouest et du centre principalement. C’est un document papier ou électronique délivré par des mandataires des pays qui les imposent.

La conséquence directe de cette décision du gouvernement est claire : le Conseil National de Chargeurs du Bénin (CNCB) est déchargé de la gestion du Bordereau Électronique de Suivi des Cargaisons (BESC) au profit d'une structure privée, le Bureau International Maritime (BIM).

Comment le BIM a-t-il été sélectionné ? Quand est-ce que l’avis d’appel d’offres international a-t-il été lancé? Qui se cache derrière le BIM ? Mystère…

C’est parce que Antoine Dayori aurait refusé d’appliquer la décision du gouvernement lui demandant, depuis juin 2016, de transférer la gestion du BESC au port qu’il a été «suspendu», dira le ministre Hervé Hehomey pour justifier sa décision. Mais en réalité, Patrice Talon… n’ont pas l’intention de laisser la gestion du BESC ni au Port, ni au Cncb. Puisque, finalement, la gestion a été confiée au BIM, inconnu au bataillon. Donc, tout ça a été fait pour aboutir à ce résultat. La politique de la ruse et de la rage n’épargne aucun secteur.

Quand Patrice Talon, Olivier Boko…et les autres princes de la cour présidentielle veulent d’une chose, ils se donnent les moyens pour l’obtenir. L’arme la plus utilisée jusque-là est la diversion, l’intimidation et la manipulation. C’est le cas au Cncb ou il fallait créer un incident avec le départ de Dayori pour détourner l’attention de l’opinion, afin de nous faire avaler facilement la pilule BIM.

Dans les jours à venir, Patrice Talon ira encore plus loin en supprimant le Cncb et en confiant toutes ses prérogatives à ses sociétés Atral et Bénin Control, en occurrence l’émission du certificat de pesage (pourtant également confié aux chargeurs de chaque pays par l’Organisation maritime internationale). Patrice Talon en a fait un monopole à son port sec d’Allada. Dissoudre le Cncb, lui fera donc un concurrent en moins pour Atral-Bénin Control. Pour ses intérêts personnels, Talon est capable de tout. Oui, de tout. Du pire.

Concrètement, si on enlève le BESC au CNCB, c’est comme si on le supprimait. Le BESC est le cœur du Cncb. C’est la raison d'être même des conseils nationaux des chargeurs qui ont été créés dans plusieurs pays africains. Transférer le BESC du CNCB à une autre structure privée, c’est vider complètement le CNCB de toute sa substance. Le BESC est la principale source de revenus du CNCB. Autrement dit, enlever le BESC au CNCB est équivalent à "tuer" le CNCB.

En réalité, le Gouvernement et son chef ont fait du faux sur toute la ligne en confiant le BESC au BIM et non au Port. Encore que partout en Afrique où il y a des Conseils nationaux de chargeurs, ce sont eux qui sont en charge de la gestion du BESC. Nulle part où il existe des Conseils de chargeurs, la gestion du BESC n’est jamais confiée au port ou toute autre administration, car le BESC est non seulement un instrument de gestion du trafic maritime mais aussi routier.

Gabon, Angola, Niger, Togo, Burkina Faso, Congo, Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali, Guinée… Dans tous ces pays, le BESC est géré par "les chargeurs" sur recommandations de la Conférence des Nations unies sur le commerce et ledéveloppement (Cnuced) : le Conseil gabonais de Chargeurs (CGC) créé en juin 1998; le Conseil national des Chargeurs de l’Angola (CNC), février 1999; le Conseil national des Chargeurs du Bénin (CNCB), janvier 2000; le Conseil national des Utilisateurs de Transport du Niger (CNUT), mai 2000; le Conseil national des Chargeurs Togolais (CNCT), septembre 2000; le Conseil des Chargeurs du Burkina Faso (CBC), avril 2001; le Conseil national des Chargeurs du Congo (CNCC), avril 2003; l’Office ivoirien des Chargeurs (OIC) de Côte d’Ivoire, mai 2003; le Conseil Sénégalais des Chargeurs (CO.SE.C.), Novembre 2008; le Conseil Malien des Chargeurs (CMC), février 2009 et l’Office Guinéen des chargeurs, mars 2012.

Quand on sait que c'est le BESC qui finance chaque Conseil de chargeurs en Afrique de l'Ouest et du Centre, que deviendra le CNCB avec le BESC confié au BIM via le Port ? Qui deviendront les intérêts des chargeurs du Bénin? Quel avenir pour les 300 agents du Cncb ?

En effet, les fonds collectés permettent d’apporter une assistance aux chargeurs. Ainsi, des séminaires de formation gratuits sont organisés à l’intention des chargeurs, des publications sont mises à disposition des chargeurs (statistiques du commerce extérieur, informations sur les taux de fret pour leur permettre de faire un choix optimal…). Les fonds du BESC contribuent également à la réalisation d’investissements divers dans l’intérêt des chargeurs (entrepôts, ports secs, centres de formation et de documentation, études, etc.).

Le tout privé pour désarticuler l’administration publique en général et les entreprises publiques en particulier a atteint le sommet de la pyramide au Bénin. Du jamais vu au Bénin depuis 1960. Une première pour moi en 17 ans de carrière dans le domaine. Et pendant ce temps, les Béninois pleurent en silence. Jusqu’à quand ?

 

 

Julien DAFIA

 

Malanville, le 26 juillet 2017

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Borgou : la Plate-forme de communication du réseau national des artisans du Bénin installée à Parakou

Borgou : la Plate-forme de communic…

Lentement mais surement, ...

Agression contre la liberté d’expression au Bénin : le FSP condamne avec la plus grande fermeté les perturbations des émissions de Soleil FM

Agression contre la liberté d’expre…

La radio Soleil Fm qui n'...

Destruction des acquis sociaux : centrales syndicales et travailleurs dans les rues de Cotonou, ce jour

Destruction des acquis sociaux : ce…

Les travailleurs de tous ...

Grogne à la Justice : la grève des travailleurs largement suivie

Grogne à la Justice : la grève des …

Comme annoncée depuis que...

Remise en cause des acquis sociaux et démocratiques : les centrales syndicales dans les rues de Cotonou, vendredi prochain

Remise en cause des acquis sociaux …

Face à la situation socio...

Appels à candidature aux hautes fonctions étatiques : un gros mensonge d’Etat, Pascal Koupaki mis à nu

Appels à candidature aux hautes fon…

«(…) Au plus tard à la fi...

Obtention d'un marché de cartes d'identité : le groupe Safran condamné à Paris pour corruption active d'agents publics étrangers au Nigéria

Obtention d'un marché de cartes d'i…

Le groupe d'aéronautique ...

Face à l’entêtement du Gouvernement : le secteur judiciaire paralysé les 18 et 19 octobre 2017

Face à l’entêtement du Gouvernement…

Une nouvelle paralysie du...

Jardin public de Fifadji et placette du Dalot de calvaire de Fidjrossè : le concessionnaire prend possession des lieux, Gnonlonfoun plaide pour la bonne gestion des infrastructures

Jardin public de Fifadji et placett…

Le jardin public de Fifad...

Lutte contre le tabagisme au Bénin : les étudiants de l’UAC sensibilisés sur les méfaits du tabac

Lutte contre le tabagisme au Bénin …

L’amphithéâtre Idriss Deb...

Prev Next