Menu
RSS

Concours frauduleux à la Cnss : A quand des sanctions appropriées contre les fautifs ?

Concours frauduleux à la Cnss : A quand des sanctions appropriées contre les fautifs ?

A quand la sanction à l'encontre des présumés fautifs dans ce feuilleton de concours frauduleux à la Cnss? Le gouvernement cautionne-t-il l'impunité. La posture du silencieux-complice adopté par les chantres de la rupture est inquiétante malgré les dénonciations des citoyens.

 «…Je ferai de la lutte contre la corruption un combat de tous les instants et de tous les jours et qui n’épuiseront pas les efforts inlassables de la justice et de la société civile destinés à mettre un terme à l’impunité. À cet égard et pour en donner le gage nécessaire, je déclare du haut de carte tribune, que non seulement je m’y suis préparé mais j’affirme que je suis déjà prêt maintenant et tout de suite…», déclarait le Chef de l’Etat, Patrice Talon, le jour de son investiture, devant les membres de la cour constitutionnelle,  les membres des institutions de la République, les corps diplomatiques et consulaires et le peuple béninois tout entier. Un message plein d’espoir et d’assurance mais qui est dépourvu de tout son sens au regard de la manière dont certains dossiers sont traités aujourd’hui dans la République. En réalité, dans le contexte actuel, c’est plus qu'un secret de polichinelle qu’il y a un grand fossé entre ce qui est dit et ce qui est fait et se fait au sommet de l’Etat. Les actes ne suivent souvent pas les paroles mielleuses. Sinon, comment comprendre que plus de deux (02) mois après l’annulation du concours frauduleux organisé au profit de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), les sanctions contre les présumés coupables de cette maldonne qui ternit l’image de la rupture peinent à tomber. Malgré les appels incessants des forces sociales, des organisations de lutte contre la corruption notamment l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), rien n’y fit dans ce sens. Alors que dans le même temps, le gouvernement, à son arrivée au pouvoir en Avril 2016, avait non seulement annulé  le supposé concours  frauduleux au niveau du Ministère  de l’économie et des finances organisé par le régime précédent mais aussi engagé des poursuites judiciaires à l’encontre des mis en cause. Les noms de ces derniers ont même été vilipendés à grands renforts médiatiques. Mais depuis que le concours frauduleux de la Cnss a défrayé la chronique dans l'opinion et même a été annulé, c’est le silence radio qui caractérise l'attitude du Gouvernement face à la situation. Personne n’en parle plus. Du côté des associations de lutte contre la corruption, c’est un multiséculaire indescriptible. Sans risque de se tromper, les sanctions sont infligées selon l’appartenance ou le bord politique du mis en cause ou du présumé fautif. Ceux qui sont au paradis sont sauvés et ne doivent pas s’inquiéter mais ceux qu’on pressent ‘’opposants’’ peuvent faire l’objet de poursuites judiciaires au cas où ils commettraient des forfaits. Cette politique de poursuite judiciaire sélective ne peut faire avancer le pays. Le Gouvernement doit donc au plus pressé corriger le tir en sanctionnant les présumés mis en cause dans le cadre du concours de recrutement de 94 agents au niveau de la Cnss.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Pascal Todjinou sur Soleil Fm : «Je n’ai jamais vécu ce que je vis aujourd’hui. Ce que je vis sort de l’ordinaire»

Pascal Todjinou sur Soleil Fm : «Je…

L’ancien Secrétaire génér...

Ravip-Safran : Le FSP face à la presse jeudi prochain

Ravip-Safran : Le FSP face à la pre…

Communiqué de presse du F...

Marche de la colère contre la destruction des acquis sociaux et démocratiques : les 7 organisations syndicales unies pour sauver les travailleurs et le peuple

Marche de la colère contre la destr…

Les rues de Cotonou étaie...

Perturbations récursives des émissions de Soleil Fm : que cache le silence de la Haac et du gouvernement ?

Perturbations récursives des émissi…

La radio Soleil Fm qui n'...

Gouvernance de mépris : les agents de la justice durcissent le ton, la grève passe de 48h à 72h

Gouvernance de mépris : les agents …

Le mouvement de débrayage...

Colère d’Olusegun Obasanjo dans Jeune Afrique : «Talon a fait du Bénin et du Nigeria de véritables dépotoirs»

Colère d’Olusegun Obasanjo dans Jeu…

Dans une interview accord...

Borgou : la Plate-forme de communication du réseau national des artisans du Bénin installée à Parakou

Borgou : la Plate-forme de communic…

Lentement mais surement, ...

Agression contre la liberté d’expression au Bénin : le FSP condamne avec la plus grande fermeté les perturbations des émissions de Soleil FM

Agression contre la liberté d’expre…

La radio Soleil Fm qui n'...

Destruction des acquis sociaux : centrales syndicales et travailleurs dans les rues de Cotonou, ce jour

Destruction des acquis sociaux : ce…

Les travailleurs de tous ...

Grogne à la Justice : la grève des travailleurs largement suivie

Grogne à la Justice : la grève des …

Comme annoncée depuis que...

Prev Next