Menu
RSS

Connu au Bénin pour sa gouvernance mafieuse et affameuse : Talon préfère mystifier ses compatriotes à Paris

Connu au Bénin pour sa gouvernance mafieuse et affameuse : Talon préfère mystifier ses compatriotes à Paris

Le Président de la République, Patrice Talon, a rencontré, le week-end dernier, la diaspora béninoise de France dans le cadre de sa supposée visite de travail avec son homologue Emmanuel Macron. Plusieurs sujets brûlants de l’heure ont été au coeur des échanges au cours desquels le numéro 1 béninois a préféré berner ses compatriotes sur sa gouvernance qui laisse à désirer depuis le 06 avril 2016.

C'est un secret de polichinelle au Bénin que la gouvernance au sommet de l'État depuis 18 mois est catastrophique sur tous les plans social, économique, politique et culturel. L'espoir des Béninois en un avenir radieux a très tôt laissé place à un désarroi qui ne dit pas son nom. En lieu et place d'une gouvernance inclusive et efficiente vendue pendant les campagnes électorales, c'est tout à fait le contraire qui s'observe aujourd’hui. C'est plutôt à une gouvernance exclusive, mafieuse, affameuse et despotique qu’ont droit les Béninois qui ne savent plus à quel saint se vouer. Cette réalité d’une gouvernance chaotique sous l'égide du chantre du nouveau départ est bien connue des compatriotes de l'extérieur. Ces derniers savent très bien que le pays va très mal depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel locataire de la Marina. Mais le Chef de l'Etat a, au cours de sa rencontre avec ses compatriotes vivant en France, préféré les mystifier, leur cacher la vérité des faits, le désastre que vivent les Béninois de l’intérieur. A cette occasion, ce n’est que du mensonge qui leur a été servi. Sinon comment comprendre qu’au cours de cette rencontre, le Chef de l’Etat affirme: ‘’La priorité pour nous: mettre la société au travail, réformer et mettre les personnes compétentes où elles doivent être. Nous voulons bâtir une société où les talents peuvent s’exprimer. Une société plus travailleuse, des réformes et des institutions fortes sont les conditions pour sortir de la pauvreté’’. Alors que tout le monde sait que l’homme qu’il faut n’est jamais à la place qu’il faut.Comment compte-t-il mettre la société au travail pendant qu’on détruit, supprime les petits emplois, privatise les sociétés et offices envoyant ainsi les jeunes au chômage? Quel emploi a-t-il déjà créé depuis son accession à la magistrature suprême? Que représente réellement pour lui la société béninoise qu’il entend mettre au travail ?

Ce n’est pas tout. Il va plus loin : ‘’Nous avons également facilité les conflits sociaux entre employeurs et employés. Premier résultats : 1378 dossiers d'inscriptions traités pour une valeur de 202 milliards, avons assaini le climat des affaires toute une série de mesures pour assouplir l'emploi et l'embauche. En 2017 plus de 180 milliards investis dans le Social’’. Mais il a oublié de leur souligner que le Bénin a chuté considérablement dans tous les classements mondiaux depuis son arrivée surtout dans le dernier rapport Doing Business et de Transparency International. Comment peut-on assainir le climat des affaires lorsque les opérateurs économiques nationaux qui ne partagent pas la vision du pouvoir font l’objet de toutes sortes de menaces notamment les redressements et audits politiques? Comment arrivera-t-il à faire décoller l’économie béninoise pendant que les secteurs vitaux de l’économie sont pris d’assaut par les copains et coquins?

Voilà autant d’interrogations que suscitent ces déclarations du Chef de l’Etat qui cachent la réalité des faits. C’est un mensonge grossier de dire qu’en 2017, plus de 180 milliards ont été investis dans le social. Il faut être un aveugle pour croire en cette supercherie car c’est connu de tous que le social n’est pas dans le calendrier du régime de la rupture. Aucune mesure sociale concrète n’est encore envisagée pour sortir les Béninois  de la pauvreté et de la misère. Les attentes de la diaspora béninoise de France n’ont pas réellement été comblées au cours de cette rencontre. Ils sont restés sur leur faim.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Pascal Todjinou sur Soleil Fm : «Je n’ai jamais vécu ce que je vis aujourd’hui. Ce que je vis sort de l’ordinaire»

Pascal Todjinou sur Soleil Fm : «Je…

L’ancien Secrétaire génér...

Ravip-Safran : Le FSP face à la presse jeudi prochain

Ravip-Safran : Le FSP face à la pre…

Communiqué de presse du F...

Marche de la colère contre la destruction des acquis sociaux et démocratiques : les 7 organisations syndicales unies pour sauver les travailleurs et le peuple

Marche de la colère contre la destr…

Les rues de Cotonou étaie...

Perturbations récursives des émissions de Soleil Fm : que cache le silence de la Haac et du gouvernement ?

Perturbations récursives des émissi…

La radio Soleil Fm qui n'...

Gouvernance de mépris : les agents de la justice durcissent le ton, la grève passe de 48h à 72h

Gouvernance de mépris : les agents …

Le mouvement de débrayage...

Colère d’Olusegun Obasanjo dans Jeune Afrique : «Talon a fait du Bénin et du Nigeria de véritables dépotoirs»

Colère d’Olusegun Obasanjo dans Jeu…

Dans une interview accord...

Borgou : la Plate-forme de communication du réseau national des artisans du Bénin installée à Parakou

Borgou : la Plate-forme de communic…

Lentement mais surement, ...

Agression contre la liberté d’expression au Bénin : le FSP condamne avec la plus grande fermeté les perturbations des émissions de Soleil FM

Agression contre la liberté d’expre…

La radio Soleil Fm qui n'...

Destruction des acquis sociaux : centrales syndicales et travailleurs dans les rues de Cotonou, ce jour

Destruction des acquis sociaux : ce…

Les travailleurs de tous ...

Grogne à la Justice : la grève des travailleurs largement suivie

Grogne à la Justice : la grève des …

Comme annoncée depuis que...

Prev Next